4é CIRCULADE DU LIVRE DE PAULHAN

1638042738

 J’aurai le plaisir de dédicacer mes deux livres:

Où es-tu Mama? Le sac à dos 

à LA 4éme CIRCULADE DU LIVRE DE PAULHAN

Lire en Féte Spécial jeunesse 10,11,12 octobre 2008.

Présentation Spécial jeunes Programme Le livre en France Presse Organisateurs Partenaires —

Accueil > Programme > Résultats > Fiche manifestation ProgrammeNational International Annuaire des auteurs Recherche rapide 3 lettres minimum 4ème Circulade du Livre Languedoc-Roussillon / 34 – Hérault / Paulhan Dimanche 12 octobre 2008 Exposants professionnels : libraires, bouquinistes, éditeurs Animations : calligraphie médiévale & arable, associations culturelles paulhanaises Rencontres avec 10 auteurs régionaux, dédicaces Atelier de grattage animé par François BOUET (enfants & adultes, participation 2 €, inscription obligatoire) Atelier de fabrication de papier végétal animé par Sandrine PERRENOUD (enfants & adultes, participation 2 €, inscription obligatoire) Atelier « Ecouter dans le noir » animé par les Editions sonores (enfants de 2 à 12 ans, participation 2 €, inscription obligatoire) Exposition de photographies Exposition de livre d’artistes et de gravures Inscription pour les ateliers au 04 67 25 00 89

Salle des Fêtes de Paulhan Route Nationale 34230 PAULHAN 04 67 25 38 47 tout public Programme complet : http://www.lourecantou-paulhan.fr

Animations : Atelier, Rencontre-debat-colloque, Salon, Exposition, Foire dans la Circulade dans les rues du village Thématiques : Art, Littérature régionale, Jeunesse Organisé par : Lou Récantou Partenaires : Mairie, Bibliothèque municipale, association des villages circulaires, ACAP

Auteurs (Cliquez sur le nom de l’auteur pour voir ses livres) CASTELLA Michele (participant) Aucun livre enregistré pour cet auteur COLONEL Roberte (participant) Aucun livre enregistré pour cet auteur FERRARI Florence (participant) Aucun livre enregistré pour cet auteur GARCIA Bruno (participant) Aucun livre enregistré pour cet auteur GIMENEZ Jonathan (participant) Aucun livre enregistré pour cet auteur HAREL-RAMOND Jean-Marc (participant) Aucun livre enregistré pour cet auteur PILATE Martine (participant) Aucun livre enregistré pour cet auteur RIVES Arlette (participant) Aucun livre enregistré pour cet auteur SALGAS Simone (participant) Aucun livre enregistré pour cet auteur TAURINES Robert (participant) Aucun livre enregistré pour cet auteur Plan d’accès Données cartographiques ©2008 Tele Atlas – Conditions.  Envoyer à un ami  

Chandelle pour un peu de douceur à celles et ceux qui souffre d’un cancer

 .!cid_D35FA369-6551-45D2-899B-44D494C1E5AEsvP., ne pas l’ éteindre. Lui permettre de faire le tour du monde !

       CHANDELLE POUR LE CANCER

Tout ce qui est demandé c’ est de garder cette flamme en circulation. Même si ce n’ est qu’une seule personne de plus. Faites-le au nom d’ un être cher qui a succombé au cancer. Une chandelle ne perd rien lorsqu’elle sert a en allumer une autre. S’ il vous plait, garder la flamme vivante! Je vous demande donc de transmettre celle-ci. MERCI MariLou ReNée J

LE SORT RESERVE PAR L’ASSISTANCE PUBLIQUE AUX ENFANTS ABANDONNES

 Gravure du 19éme siecle (Paris)

 La salle des enfants trouvés à l’hôpital Cochin

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

lPAR PAUL YONNET

Le sort réservé par l’assistance publique a varié aux rythmes des mentalités, montre Ivan Jablonka. Le nombre des enfants abandonnés crot brusquement au XVIIIe siècle et atteint entre 25000 et 30000 par an.
Loin de signifier un désintérêt à l’égard de l’enfant, le phénomène témoigne de l’irruption de moeurs nouvelles : moindre acceptation de naissance non voulue, volonté de limiter la descendance, montée d’une considération de l’enfant telle que ne pas pouvoir satisfaire à un minimum de critères éducatifs, domestiques, et économiques, entraîne son abandon parfois tardif.
Ce dernier est favorisé, d’abord par un décret de 1811 qui institutionnalise le dépôt anonyme des petits enfants dans les "Tours" cylindriques de bois pivotant et munies d’une sonnette, puis par l’admission à bureaux ouverts à partir de 1880.
La pratique se raréfie avec l’événement de la conscience de la singularité de chaque être qui se révolte devant la perte de ses origines.
Le grand intérêt du travail D’Ivan Jablonka, qui explore la dernière phase de cette transition biséculaire, est de faire apparaître trois périodes distinctes de l’histoire de l’assistance publique sous la III éme République:
D’abord"mouroir", l’assistance publique connaît une rupture vers 1890: une "biopolitique d’inspiration pasteurienne" réduit la mortalité infanticide et la scolarité obligatoire vient à bout de l’analphabétisme chez les pupilles.
La belle Époque mérite son nom: "L’assistance publique y connaît son âge d’or": l’aprés première guerre mondiale débouche sur un "fiasco".
L’administration, à contre-courant de la méritocratie Républicaine, fait obstacle à la poursuite des études qui se démocratisent, condamnant les trois quarts des pupilles à la domesticité, à l’agriculture où à l’artisanat et la moitié demeure dans la misère au sein du "prolétariat rural".
Mais déjà se profile l’évolution. La législation de l’adoption des mineurs par la loi du 19 juin 1923 annonce le remplacement des parents nourriciers, modestes ruraux rétribués, à la tête d’une famille nombreuse, par des parents adoptifs, couple sans enfants, citadins, désireux de fonder une famille autour de "l’enfant-roi"