Livres

Les enfants de Duplessis

Les enfants de Duplessis

A la gloire nourrie par le talent furent substituées les larmes de la destinées.

Octobre 1945

 

Un train vers l’inconnu

 

Le clairon de la liberté sonne aux quatre coins du monde; Alors que l’armistice rend à sa famille le papa où le grand frère ayant participé à la défense national, des centaines d’enfants doivent payer de leur liberté le malheur déshonorant de n’avoir pas été adoptés.
Ce matin, à la maison Sainte-Domitille de Laval-des-Rapides, douze fillettes sont tirées de leur sommeil dès l’aube et soumise à la soudaine nécessité de prendre un bain en toute hâte.
Alice âgée de sept ans et demi, joint les rang des appelées de ce 23 octobre 1945. Une fois de plus, elle a mouillé son lit. Elle attend sa punition. Une punition qu’on semble avoir oublié de lui imposer ce matin. Rassurée par cette indulgence exceptionnelle, elle ose rompre le grand silence réglementaire:
– Mère Aimé-de-Jésus, pourquoi qu’on se lève tout de suite, nous autres?
– Chut! dépêche toi d’aller te laver. Tu le sauras quand ça saura le temps.
La réplique n’est pas de mise. Alice penche la tête, prend son petit air boudeur des mauvais jours et se rend au lavabo en traînant les pieds. Les pas feutrés de ses responsables amplifient le caractère inopinée ce lever hâtif.

tout autour d’elle respire le mystère.

C’est ainsi que commence l’histoire émouvante des Enfants de Duplessis  dans le livre écrit par Paul Giill.

Les enfants De Duplessis raconte l’histoire vraie d’Alice Quinton dont les souvenirs s’animent sous la plume de Pauline Gill pour nous révéler le cruel destin de ces orphelins de l’époque dite de la Grande Noirceur au Québec qui, considérés comme « non éducables », furent enfermés dans des asiles.

C’est à la télévision qu’on les désigna pour la première fois par cette expression, sans doute parce que le début de cet exode des enfants de la crèche vers les asiles a coïncide avec l’arrivée au pouvoir de Maurice Duplessis.

Alice Quinton nous raconte tout ce dont elle se souvient de ses seize années d’3emprisonnement ».

Son enfance et son adolescence fut régie par les mots « sacrifice », « obéissance », et surtout « silence ». car la règle du silence était sacrée: jamais un mot à personne des châtiments corporels ou ou des « traitements » subis ou dont on fut témoins, sous peine de s’en voir infliger d’autres bien pires encore. Alice grandira dans la crainte incessante d’être prise en défaut, son petit corps encaissant tous les coups et retenant ses cris.

Les enfants de Duplessis est un témoignage désarment de vérité. Il intéroge notre société, celle d’hiér comme celle d’aujourd’hui.

 

Ce livre me fut recommandé lors de mon voyage au Canada par une personne ayant eu connaissance de mon livre, Où es-tu Maman?

Les deux histoires étant bien évidement le fait de la guerre et de ses conséquences sur les enfant adultérins.

 

Les enfants de Duplessis  éditions Libre Expression 1991 

ISBN 2-89111-413-2

 

Publicités

7 thoughts on “Les enfants de Duplessis”

  1. oui je commence a comprendre ce sors qui etait reserve a ces fillettes
    quel reveil ce matin la pour alice
    que de moments douloureux passes sans dire mots
    ce livre a mama doit etre une histoire que j aimerai lire
     
    roberte merci ces lignes me touchent tu ne peux savoir moi la tite infirmiere qui a debute a 17ans dans le loir et cher a la ville aux clercs chez les personnes agees je suis tres emue par ton histoire
    passe un bon dimanche
    bisous
    cath

  2. En tout cas, Roberte, cela donne envie de le lire. Au fait, je n\’ai toujours pas lu les tiens, car pour l\’instant pas de livre de toi à la bibliothéque. Alors tu vas être obligée de m\’en envoyer un!!. Non, je rigole, je vais bien finir par les trouver d\’une manière ou d\’une autre.
    Bon dimanche à toi.

  3. bonjour jeune fille, comment vas tu,bon vas vraiment falloir que je me mette à lire lol
    oui notre amitié dureras ,si la vie le veux ,mais on vas l\’aider…………la vie
    kiss roberte
    douce nuit
    ERIC……………………

  4. Bien triste récit
    Que de cruauté vis à vis de ces enfants…..
    Nous devons lire et ne pas jouer l\’autruche
    Bonne Nuit
    Bisous
    Danny

  5. Bonsoir Roberte,
    Merci de ton passage…un peu fatiguée je vais de moins en moins sur les blogs…
    Effectivement un livre à lire, surtout quand il raconte des faits réels…
    Bonne journée à toi
    Danièle

Merci pour ce commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s